Parc des écrins: itinéraire, randonnées et conseils

Le parc national des écrins, situé entre les Alpes du Nord et les Alpes du Sud, a été le coup de cœur de notre road trip en France. Du Pré de Madame Carle au Valgaudemar, nous avons enchaîné les randonnées au sein du Massif des écrins, à la découverte de ses lacs glaciaires, ses vallées et ses marmottes, les stars locales !

Dans cet article, on vous aide à préparer votre visite du parc des écrins en été : toutes les infos utiles pour vous organiser, où randonner dans le parc, nos coups de cœur et nos conseils en van aménagé.

Conseils pratiques avant de commencer:

Avant de vous dévoiler notre itinéraire et la liste de nos randonnées, voici quelques conseils afin de vous aider à organiser votre visite du parc national des écrins.

  • Organisez vos randonnées en fonction des vallées : le parc national des écrins est composé de sept vallées, le Champsaur, le Valgaudemar, le Valbonnais, l’Oisans, le Briançonnais, Vallouise et l’Embrunais. Dans chacune de ces vallées, une multitude de randonnées s’offre à vous. Pour éviter des allers retours sur des routes de montagne parfois compliquées, parcourez le parc dans le sens des aiguilles d’une montre : entrez dans une vallée, marchez kiffez profitez, puis passez à la vallée suivante.
  • VOUS ÊTES DANS UN ESPACE PROTEGE : le parc national des écrins est soumis à une réglementation stricte.
    • si vous voyagez avec votre animal, sachez que les chiens sont interdits dans tout le massif, même tenus en laisse.
    • le camping sauvage est également interdit mais, pas de panique, nous avons trouvé de superbes spots aux alentours.
    • pour nos amis campeurs, le bivouac est autorisé du coucher au lever du soleil, sans faire de feu. Pensez à remporter vos déchets.
    • L’utilisation d’un drone est interdite dans les Parcs Nationaux.
  • Anticipez les stations essence : si les routes de montagne sont magnifiques, elles le sont moins pour votre consommation d’essence. N’attendez pas d’être sur la réserve pour faire le plein ! D’une part, les stations essence sont rares, notamment dans les cols. D’autre part, vous risquez de vous retrouver face à la seule pompe du secteur à 1,70 euro/L, et ça fait mal. Nous nous sommes beaucoup servis de l’application GasoilNow pour trouver les meilleurs prix.
  • Levez vous tôt : on ne cessera jamais de le répéter, c’est la tranquillité assurée ! Le parc national des écrins est très touristique en été. Ainsi, vous éviterez de croiser du monde sur des routes parfois très étroites, vous trouverez de la place sur les parkings et vous aurez plus de chance de rencontrer des animaux sauvages.
  • Toutes les randos citées dans cet article font entre 5 et 12km. Nous avons une bonne condition physique et sommes des marcheurs réguliers. Elles sont accessibles à 90% des gens, même avec des enfants.
Carte des différentes vallées du parc des écrins

Prapic, dans la vallée du Champsaur

8km – 380D+

La randonnée du Saut du Laire au départ de Prapic, petit village de montagne perdu au bout de la vallée du Champsaur, est une de mes préférées depuis toute petite. Vallée verdoyante, rivière d’une bleu cristallin, marmottes à gogo, c’est une balade facile et superbe! Le calme qui y règne nous a ainsi fait du bien après l’agitation de la Bretagne en plein été.

Elle ne comporte aucune difficulté particulière mise à part une courte montée un peu difficile.

  • Où se garer : sur le parking gratuit à l’entrée du village de Prapic. Il y a peu de place pour les gros fourgons donc on vous conseille d’arriver avant 8h. Nuit interdite.
  • Où dormir : nous avons trouvé un spot à 20min de route, au milieu d’une clairière dans les bois. Il y a plusieurs emplacements possibles sans se gêner. Ainsi, nous y avons passé deux nuits tellement nous avons apprécié le calme, la vue sur les montagnes et la beauté de l’endroit.

En direction de la vallée suivante, n’hésitez pas à vous arrêter à St Bonnet en Champsaur pour déguster de délicieux tourtons, la spécialité du coin ! Sorte de beignets carrés farcis, il y en a pour tous les goûts : pommes de terre, reblochon, épinards, raclette, pommes, pruneaux… Vous trouverez forcément votre bonheur !

Dans la vallée du Valgaudemar :

Randonnée au lac du Lauzon


8km – 500D+ – 4h

Nous entamons la découverte des idylliques lacs de montagne avec la randonnée du lac du Lauzon, au départ du refuge de Gioberney. Nous partons assez tôt, avant 8h. Le soleil n’est pas encore sorti de derrière les montagnes. La lumière est magique, une mer de nuage nous accompagne en masquant la vallée en contre bas. Le paysage est grandiose et notre arrivée au lac est ponctuée par de jolis reflets.

Cette randonnée ne présente pas de difficulté particulière, la montée est constante mais pas raide. Si l’envie vous en dit, vous pouvez poursuivre la balade en direction du lac Bleu, un peu plus haut.

  • Où se garer : sur le parking du refuge de Gioberney, tout au fond de la vallée. Gratuit. Nuit interdite. ATTENTION: les 6 derniers kilomètres sont interdits aux véhicules de plus de 2m de large. Et on vous le confirme, la route est très très étroite … Victime de son succès, prévoyez d’arriver très tôt car le parking se remplit vite.
  • Où dormir : nous avons dormi sur ce spot, avec vue directe sur la cascade du Casset, à 10min du refuge. On entend bien le bruit de l’eau mais ce n’est pas gênant pour dormir. Il vous faudra des cales car peu d’emplacements sont plats.
Notre spot dodo en contre bas de la cascade du Casset

La route des cascades :


Après deux jours de marche, nos jambes avaient besoin d’une journée tranquille. Une fois la nuit passée au pied de la cascade du Casset, nous avons vadrouillé le long de la route qui serpente dans la vallée du Valgaudemar afin de découvrir ses nombreuses cascades.

Elles sont toutes facilement accessibles en 5/10min de marche.

L’Oisans : notre vallée coup de coeur

La randonnée du lac du Lauvitel :


7km – 560D+

Nous commençons notre découverte de la vallée de l’Oisans par la randonnée du célèbre lac de Lauvitel, le lac le plus profond du parc national des écrins. C’était le petit moment culture, ne me remerciez pas. Si la randonnée en elle même ne présente pas de grand intérêt, le lac a été un véritable coup de coeur. Encerclé par les montagnes, d’un bleu incroyable, quelle beauté pour nos petits yeux!

La marche ne présente pas de difficulté particulière, la montée est constante mais pas compliquée.

  • Où se garer : un parking gratuit au départ de la randonnée a été spécialement aménagé dans un champ. Nuit possible mais aucun service.
  • Où dormir : nous avons trouvé ce spot avec une vue incroyable sur le torrent du Vénéon. Vous êtes à 10min de route du départ de la rando. Il y a plusieurs emplacements possibles le long du chemin en terre.
  • Conseil photo : si, comme nous, vous arrivez tôt, attendez que le soleil passe au dessus des montagnes afin que la couleur du lac ressorte mieux !
Spot avec vue sur le Vénéon

Longer le torrent du Vénéon :


Après notre nuit au bord du torrent avec une vue 5 étoiles, nous avons eu envie de découvrir un peu plus le Vénéon. Nous avons donc longé le cours d’eau du Bourg d’Oisans à Saint Christophe en Oisans, au fond de la vallée. Vous trouverez plusieurs emplacements au bord de la route afin d’y faire des pauses photos.

Grimper le Col du Lautaret et du Galibier dans la vallée du Briançonnais

Aujourd’hui c’est au volant que nous découvrons la montagne ! La route du col du Lautaret et du Galibier fait partie, pour nous, des plus belles routes de France. Il vous faudra ainsi parcourir environ 16km si vous souhaitez passer les deux cols. Attention aux freins, surtout pour les gros véhicules, ça monte et ça descend sec!

Et pour les plus motivés, ces deux routes sont aussi praticables à vélo. Bonne chance.

  • Où se garer : tout au long du col, vous avez plusieurs emplacements en bord de route pour faire des pauses et prendre des photos. On a préféré celui ci car la vue sur la route serpentant entre les montagnes était magique. Vous pouvez y dormir, aucun service.

Dans la vallée de la Clarée : le lac des Béraudes

5km – 519D+ – 2h30

Nous reprenons notre exploration des lacs de montagne avec la randonnée au lac des Béraudes. Courte mais très intense, elle vous amènera jusqu’à un lac glaciaire à la couleur irréelle.

Ne vous fiez pas à ses cinq petits kilomètres, c’est la randonnée la plus dure de notre séjour dans le parc national des écrins.

  • Où se garer : sur le parking gratuit de Laval, tout au fond de la vallée. Nuit interdite. ATTENTION : de juillet à août la circulation entre Névache et Laval est interdite dans le sens de la montée entre 8h et 19h. En revanche il n’y a aucune restriction dans le sens de la descente. Vous avez donc deux solutions :
  • vous garer à Névache et prendre une navette payante (6 euros aller retour)
  • faire comme nous et monter jusqu’au parking avant 8h
  • Où dormir : avec cette grosse portion de route interdite, difficile de trouver un endroit où dormir proche du départ de la randonnée. Par défaut, nous nous sommes donc installés sur ce spot à 30min de route, en bord de rivière. Il est cependant un peu proche de la route..

Dans la vallée de Vallouise : le glacier blanc

12km – 850D+ – 5h

Notre road trip dans le parc national des écrins s’achève en beauté par la célèbre randonnée du Glacier blanc, près de Vallouise. Les paysages sont superbes et la rando vous offre de beaux panoramas sur la vallée en contrebas. Nous avons même eu la chance de croiser un chamois ! Quant au glacier, ce géant blanc aux reflets bleutés est vraiment à voir.

Aussi, deux options s’offrent à vous :
– marcher 1h30 pour atteindre le premier point de vue sur le glacier, cependant assez éloigné
ou marcher 2h30 pour grimper jusqu’au refuge et, de ce fait, vous rapprocher un peu plus. Après le refuge, vous pouvez continuer à monter afin de trouver un joli point de vue pour faire des photos, ce que l’on a fait.

Attention, c’est une randonnée un peu compliquée car la montée est constante sur un terrain rocailleux avec des passages difficiles. Ainsi, on la déconseille avec des enfants.

  • Où se garer : sur le parking du Pré de madame Carle au fond de la vallée. Nuit interdite car vous êtes au cœur du Parc national des écrins. Il est payant (2euros).
  • Où dormir : nous avons trouvé ce spot à 20min du parking. Il s’agit d’un champ en bord de rivière avec plusieurs emplacements possibles au milieu des arbres. Attention, le chemin pour y accéder ne convient pas aux gros véhicules et est un peu accidenté.

Nous espérons que cet article vous aidera à visiter le Parc National des Ecrins, n’hésitez pas à nous laisser un commentaire si vous avez besoin d’autres informations.

Vous aimez la montagne et les randonnées ? Ca tombe bien, on est également partis randonner en Suisse cet été !

4 commentaires

  1. Merci beaucoup pour ce super récap pleins de tips utiles.

    Juste petite précision p/r aux chiens : il me semble que vous en aviez un. Il ne voyage pas avec vous où il patiente dans le van pendant vos rando dans les lieux non autorisés ?
    Nous hésitons à adopter un chien mais cela va demander d’adapter les lieux à visiter …

    Merci 🙂

    • Hello !
      On voyage avec notre chien, mais c’est un bouledogue français donc il est assez calme et il aime bien dormir! Du coup quand les températures le permettent on le laisse sans souci dans le van, mais toujours très tôt le matin et maximum 3/4h. Donc oui cela demande pas mal d’adaptation, typiquement dans le Parc des écrins c’est très compliqué avec un chien !

  2. Encore une belle randonnée à faire. C’est vraiment top que ce soit détaillé comme ça.
    Perso j’ai un peu peur de me balader comme ça en pleine nature. Trop peur de me retrouver coincée quelque part sans ressource ahah.
    Je prends note, merci 🙂

Laisser un commentaire